Les ethnies et leur répartition

Nous avons des Touaregs, des Maures, des Peulhs, des Bambara, des Malinkés, des Sénoufos, des Sonrhaïs, des Miniankas, des Sarakolés ou Soninkés, des Bozos, des Somonos, des Sorko, des Bobos, des Khassonkés, des Diawaras, une ethnie pas souvent reconnue comme telle et enclavée dans l’ethnie sarakolée et bien sûr des Dogons.

Parmi les ethnies principales, se trouvent plus de 50% de Mandé (qui sont les Bambara, les Malinké et les Soninké) que l’on retrouve du sud au sud-ouest du pays dans les régions de Kouliloro, Sikasso, Kayes, Ségou et le district de Bamako, 17% de Peulh situés plus au centre dans la région de Mopti, 12% de voltaïques au sud-est, 10% de nomades Touaregs (parlent Tamasheq) et Maures ainsi que 8% de Sonrhaï qui surtout à Gao, Kidal et Tombouctou et de 5% de diverses autres ethnies.

Toutes les ethnies sont un peu présentes partout dans le pays en dehors de leur zones de fortes concentrations. Le nom de famille censé déterminer une ethnie n’est pas toujours pas cohérent avec la langue parlée. Un malien est très souvent le fruit de nombreux métissages; ce qui rend toute animosité ouverte impossible entre les ethnies. Le vrai héritage malien un jeu constant de « taquinage » et de « « cousinage « .

Les mêmes ethnies se retrouvent au delà des frontières du pays

Le Nord du Mali, les régions de Tombouctou à Kidal en passant par Gao est le territoire des Sonrhaï, des Tamasheqs, Touaregs et des Maures. Une ethnie apparentée aux Sonhraïs les Zarmas, se trouve au Niger, des groupes minoritaires Sonrhaï sont également au Burkina Faso, au Ghana, au Nigeria et au Bénin. Les Touaregs étant des nomades du désert, on les retrouve au Mali, au Niger, en Algérie et en Mauritanie. Les Maures sont essentiellement présents en Mauritanie et au Mali. Les Bambaras sont essentiellement dans les régions de Bamako, Ségou, Koulikoro et Kati.

En descendant vers la Guinée, nous retrouvons les Malinkés. Les Sarakolés ou Soninkés, ainsi que es Kasonkés sont dans la région de Kayes. Les Sarakolés sont également en Mauritanie, en Gambie et au Sénégal. Le bambara, le malinké et le kasonké sont des langues très apparentées. Les Peuhls, et les descendants du Wassoulou sont surtout vers Mopti, le centre-sud du pays. Les Peuhls sont actuellement en majorité au Mali, au Sénégal, en Guinée ; mais ils sont également présents au Niger, en Mauritanie ainsi qu’au Bénin.

Tout au long du fleuve Niger, au Mali et au Niger, vivent les Sonomos et les Bozos.  Les Dogons sont installés sur une bonne partie du centre en allant vers le sud du pays et en empiétant sur une le territoire burkinabé. Ces derniers sont surtout connus grâce à leurs danses rituelles de leur cosmogonie. Les Sénoufos sont présents au Mali dans la région de Sikasso ainsi qu’en en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso. Les Diawaras moins nombreux que les autres, sont dispersés du centre vers le Sud.

Un système de castes

Il y a un système de castes au Mali mais les choses ne sont plus comme avant avec une hiérarchie prédefinie et des mariages « raisonables« . Ce qui est remarquable, c’est que les noms de famille définissant les castes sont souvent associés à des professions. Les professions étaient peut-être la seule raison de la création de ces castes comme c’était le cas en Inde, il y a des dizaines de milliers d’années avant qu’elles ne soient devenues la raison d’exploitation de certains humains par d’autres chez eux comme chez nous.

Les religions

Les religions présentent sont l’Islam en majorité mais aussi l’Animisme, la religion d’origine du pays ainsi que le Christianisme.