Les sites maliens de l’UNESCO

Grâce à sa riche histoire, le Mali compte actuellement quatre sites anciens classés au patrimoine mondial de l'humanité. Les sites historiques de Tombouctou ainsi que le pays Dogon, les fameuses Falaises de Bandiagara font partie du patrimoine mondial de l'UNESCO. Le Tombeau des Askias à Gao et les villes anciennes de Djénné en font également partie.

La ville de Tombouctou

Bien que le mot "Tombouctou" soit utilisé comme désignant un endroit "fort fort lointain", Tombouctou est bien réelle. Elle est une ville du Mali qui fut jadis le centre intellectuel et spirituel de l'Afrique. La ville de Tombouctou est située au sommet de la boucle du Niger et on y parle principalement Sonrhaï et Tamasheq. Les débuts de la ville remontent aux premiers siècles de l'histoire écrite. Des nomades berbères ou touaregs s'y sont établis au Xe siècle. L'Empereur du Mandé, Mansa Moussa, y fit construire une prestigieuse mosquée au XIVe siècle.

Tombouctou, autrefois et maintement

Tombouctou fut une plaque tournante du commerce entre le Maghreb et le Sahel africain assuré par les caravanes du moment. Elle connut son apogée au XVIe siècle. A cette époque, la ville était peuplée d'environ 100 000 habitants dont pas moins de 25000 étudiants fréquentant l'Université Sankoré. Elle compte maintenant un peu plus de 32 000 habitants.

La ville abrite la célèbre Université Sankoré, qui résulta de la construction de la mosquée Sankoré au XVe siècle, une université islamique connue sous le nom "d'Oxford de l'Afrique Occidentale",  plusieurs médersas (des écoles qui ont intégré l'enseignement du coran dans leurs programmes) et 2 mosquées historiques datant du moment de son apogée au XVIe siècle : Djingareyber et Sidi Yahya. Elle est aujourdhui le centre administratif de la région du même nom au Mali.

Une ville aux rues pavées d'or

Tombouctou fut célèbre quand le roi Mansa Moussa fit un voyage à la Mecque en transportant une remarquable quantité d'or. Son passage en Égypte valut à celle-ci la dévalorisation de sa monnaie. C'est alors que le mythe de la ville aux rues pavées d'or fut créé. Le succès de Tombouctou venait du fait qu'elle était le terminus de la route transsaharienne du commerce de l'or et du sel. Les experts estiment qu'au moins une centaine de milliers de manuscrits inestimables largement rédigés en arabe et en peulh et remontant au XIIe siècle seraient détenus par des familles à Tombouctou comme propriétés privées sacrées. Ces documents traiteraient de sujets sur l'astronomie, la botanique, la musique, le droit, les sciences, l'histoire, la religion, ou le commerce.

La ville de Tombouctou a été classée au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1988. voici quelques images typiques de la ville.

Les villes anciennes de Djénné

Djenné est une ville située dans le delta du Niger au centre du Mali dans la région de Mopti. Elle est construite sur une île entre deux bras du Niger. Djenné est une ville célèbre pour son architecture spécifique en banco. Elle compte environ 15 000 habitants qui parlent principalement un Sonrhaï particulier à cause de l'influence qui lui fut apportée par plusieurs autres langues parlées dans la ville, tels que le Bozo, le Peulh, le Bambara, le Sarakolé, le Mossi ou le Dogon. Djenné fut un centre du commerce transsaharien (de l'or, du sel, de la cola et de l'ivoire) et de l'apprentissage vers 1600. Le marché de Djenné est encore très fréquenté aujourd'hui.

Djénné est entourée de villes très anciennes, telles Kaniana, Tonomba et Djenné-Djenno, datant des années 300 avant JC. Djenné-Djenno considérée comme la plus ancienne, fut construite vers le IXe siècle par les Bozos. Le nom "Djenné" voudrait dire "Esprit de l'eau", car selon la legende , une jeune du nom de Djénépo aurait été enmmurée vivante lors de sa construction. Une autre légende raconte que Djenné aurait résisté à 99 tentatives d'annexion avant d'être conquise finalement par l'Empire Sonrhaï de Sonni Ali en 1473, après un siège de 7 mois et 7 jours qui aurait conduit à la mort de son roi. Les villes anciennes de Djenné font partie du patrimoine mondial de l'UNESCO.
La grande mosquée de Djenné est un édifice qui fut construit au XIIIe siècle. Elle a été reconstruite en 1907.

Les falaises de Bandiagara

Les falaises de Bandiagara abritent le peuple dogon et leur culture ancienne. Les Dogons sont réputés pour leurs sculptures qui sont principalement des objets conçus essentiellement en bois pour des rituels, ou en pierre taillée ainsi que leur cosmogonie. Les falaises de Bandiagara font partie du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Le Tombeau des Askias

Le tombeau des Askias se trouve à Gao qui fut la capitale de l'Empire Songhoï qui s'était épanouï aux XVe et XVIe siècles. Les langues qui y sont parlées sont le Sonrhaï, le Tamasheq et le Berbère, L'empire contôllait le commerce transsaharien de l'or et du sel. Il est  constitué d'une tombe pyramidale, 2 mosquées à toit plat, le cimetière de la mosquée et un espace en plein air. Le Tombeau des Askias date de 1495. Il est pratimoine mondial de l'UNESCO.